Christian Hervé (dir.), « La maltraitance », Ethics, Medecine and Public Health, vol.1, n°1, janvier-mars 2015, Elsevier Masson

L’éthique médicale consiste en l’incorporation des sciences humaines et sociales au sein des réflexions menées en médecine. La meilleure façon d’éviter des scandales (qui ont été nombreux en France et poursuivis dans des affaires pénales – par ex. sang contaminé, épidémie de la « vache folle » ou celle de l’hormone de croissance), serait de les prévenir par une délibération sur les actes mêmes des professionnels de santé dans leurs pratiques. La médecine et sa recherche utilisent de plus en plus des nouvelles technologies de la communication et des biotechnologies toujours plus puissantes. Pratiques et recherches biomédicales sont également impliquées dans des phénomènes sociaux, qu’il s’agisse de l’accès aux soins, de fléaux de société comme la maltraitance et les addictions, ou de problèmes sociétaux et humains comme les conditions de vie et de confort des personnes souffrant d’un handicap lourd. Elles sont également mobilisées lors de phénomènes de crise liés aux événements naturels et environnementaux (médecine de catastrophe, médecine humanitaire,…).

De cet a priori intellectuel en découlent la multi, la pluri-expertise (forme aboutie de l’interdisciplinarité), pour lesquelles le rôle de l’université est de créer des disciplines émergentes des réalités pratiques issues des évolutions de la recherche.
C’est l’objectif d’Ethics, Medicine and Public Health/Éthique, Médecine et Politiques Publiques publiée par Elsevier Masson avec le soutien éditorial de la Société Française et Francophone d’Éthique Médicale (SFFEM) et le l’International Academy of Law and Mental Health (ALMH). Le titre identifie clairement le champ de réflexion de cette revue ainsi que la volonté de mise en dialogue non seulement de deux approches différentes en termes de traditions (anglo-saxonne et Europe continentale du sud) mais, aussi, de diverses expertises portées par les sciences du vivant, les sciences humaines et sociales.
Ainsi, cette revue vous propose de faire vivre, partager et de développer cette approche d’une éthique en mouvement, dynamique, développée avec et pour les professionnels de santé et ouvert à toutes les disciplines, réalisant ainsi un pont de discussion entre les sciences de la vie et celles humaines et sociales.

4